Sésame ouvre-toi, et le Programme de productivité agricole en Afrique de l'Ouest (PPAAO) Mali est!

En Afrique, et dans une plus grande mesure, au Mali, l'agriculture représente 65 à 80% des emplois et environ 42% du produit intérieur brut (PIB). Nonobstant son imbrication au cœur de l’activité économique primaire, sa prévalence peu reconnue fait quela pauvreté prévaut dans les zones rurales, où 90 % de la population se livre à l'agriculture de subsistance sans assistance substantielle, en marge des statistiques nationales.

Pendant longtemps la vulgarisation agricole a été le parent pauvre de l’agriculture au Mali, la paupérisation des espaces ruraux associée à l’orpaillage dans les zones minières accentuant le déficit de main d’œuvre agricole. Rappelons que l’insuffisance de contrôle qualité des intrants agricoles à elle seule a récemment fait que ce sont 100.800.000 (cent millions huit cent mille) dollars qui aient été investis dans les engrais au Mali pour une culture de rente (le coton), avec des conséquences écologiques, économiques et sociales fâcheuses.

Pleine conscience du diagnostic effarant:

Ce tableau sombre connu du secteur agricole des pays du Sahel, justifia près de six décennies d’opportunités de développement perdues aux conséquences désastreuses dans l‘économie agraire régionale du Sahel! La variabilité pluviométrique et son corollaire, la désertification, étant un facteur clé de la vulnérabilité au Mali, ne saurait à elle seule résumer l'équation développementale du Mali.

Initié par laCommunauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), et financé en partie par la Banque Mondiale, le Programme de productivité agricole en Afrique de l'Ouest (PPAAO-WAAPP vise  à augmenter la productivité agricole et le développement durable dans  près de 13 pays d'Afrique de l'Ouest dont le Mali, pour aider à reconstruire le capital agraire, semencier, nutritionnel et entrepreneurial sahélien.