Les concepts sont issus des pratiques

Le mot permaculture était inventé an 1978 by Bill Mollison, un écologiste australien, avec un de ses étudiants, David Holmgren. C’est une contraction de «permanent agriculture» ou «permanent culture». En effet la permaculture se définit comme la conception d’habitats humains écologiques et de systèmes de productions alimentaires. C’est un concept d’utilisation des terres et de modèles communautaires de gestion du patrimoine qui préconise l’intégration harmonieuse des établissements humains, du micro climat, de plantes annuelles à pérennes, d’animaux, en rapport avec le sol et l’eau au seien des communautés productives avec des modèles en train d’être répliqués un peu partout; le concept a certes des lendemains meilleurs…
Mais d’où est-ce que cela a dû provenir bien avant 1978?

Est-ce que les peuples autochtones d’Afrique, d'Amazonie et d’Asie étaient ignorants de la pratique?

Dans l'histoire de la communauté Muride du Sénégal, dans les années 1920, il y avait bien eu une pratique agricole de longue date qui a conduit au concept de «Borom Deur Bi» faisant allusion à la conception environnementale et aux principes écologiques mis en pratique par l’illustre figure derrière la vision: Cheikh Abdoulahi Mbacké. Khelcom étant l'un des derniers exemples du concept en action, après que la ville, pierre angulaire de référence d’un tel design environnemental, Touba, ait acquis le statut de ville modèle reconnue par la Conférence des Nations Unies sur les Etablissements Humains (CNUEH) à Istanbul en 1996 en raison de son plan de logements sociaux abordables associés à son modèle concerté d'utilisation des terres au sein de la communauté, autant de préalables organisationnels faisant de Touba la deuxième ville hybride (rural/semi-urbain) la plus dynamique du Sénégal. Des sources établissent que la population des environnants de Touba-Mbacke avoisine les 2.000.000 d’habitants ce qui en fonde l’anecdote de la zone ayant la croissance la plus dynamique en Afrique de l’Ouest.